Just another Réseau Blog Poliris site
28 mar

La hausse de la taxe sur les résidences secondaires ne concernera pas votre maison à Sainte-Maxime !

AdobeStock_177083978

Vous voulez acheter une maison au bord de la mer, à Sainte-Maxime,  pour y passer vacances et week-ends ? Profitez-en ! Pour l’instant, cette commune n’est pas concernée par la hausse de la taxe sur les résidences secondaires qui touche déjà Paris, Nice et Bordeaux ! Très prochainement, cet impôt devrait passer de 20 à 60 % à Nice et Saint-Nazaire, et de 20 à 50 % à Bordeaux. À Saint-Jean-de-Luz, cette taxe a déjà bien progressé (elle est aujourd’hui à 40 %). Et à Toulouse, c’est pour bientôt.
Cette surtaxe sur les résidences secondaires vise à renflouer les caisses des communes qui craignent un manque à gagner avec la suppression de la taxe d’habitation, mais pas seulement… Cet impôt vise aussi à décourager les propriétaires qui investissement dans un logement pour le transformer en location touristique et pour le mettre en location sur des plateformes de type Airbnb !

Jean-Marc Torrolion, président de la FNAIM, s’est insurgé contre l’augmentation de la taxe sur les résidences secondaires. « L’objectif de cette taxe est de décourager les offres sur les sites de location de courte durée dans les villes attractives, commente-t-il. C’est pourtant un nouveau coup de massue asséné aux propriétaires. Il est important de rappeler qu’en France il y a 3 millions de résidences secondaires, qu’elles ont pour 3/4 d’entre elles été achetées et ne sont pas le fruit d’un héritage. On sait aussi qu’elles sont détenues à 35% par des retraités qui disposent, suite à la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée), de moyens non extensibles. C’est auprès de personnes qui ne sont en rien des spéculateurs que l’on vient de nouveau alourdir la note en augmentant leur pression fiscale.»

C.V / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée